• 03 Avr
    Défendons nos services publics et la justice sociale

    Défendons nos services publics et la justice sociale

    Macron, comme ses prédécesseurs, fait le choix de la privatisation des transports avec pour conséquences :

    • L’augmentation des inégalités territoriales par la fermeture des petites lignes et de gares.
    • L’explosion du prix de nos déplacements.
    • La destruction du service public des transports.
    • La menace sur la sécurité des usagers.
    • La dégradation des conditions de travail des cheminots-es.

    CE N’EST PAS NOTRE CHOIX

    Le train est un service public et aussi un outil essentiel pour lutter contre la pollution et le réchauffement climatique, l’explosion du trafic routier voyageurs ou marchandises.
    À grands coups de propagande médiatique, le gouvernement veut faire passer les cheminot.e.s pour des privilégié.e.s. Pourtant leur statut n’est en rien responsable de la dette.
    Ce qui se passe à la SNCF a déjà été expérimenté aux PTT, à EDF et GDF. La logique de rentabilité n’a pas fait baissé les prix et le service rendu à la population s’est dégradé.

    Nous nous engageons pour défendre nos services publics et la justice sociale.

    Santé (hôpitaux, EPHAD), éducation avec la réforme du bac et la sélection à l’université, autant de secteurs aujourd’hui menacés par la logique capitaliste.
    Pour cela la mobilisation des cheminots-es doit gagner et tous-tes ensemble nous devons imposer d’autres choix pour une société plus juste, plus solidaire et respectant l’environnement.
    Nous appelons tous-tes les usagers-es, les salariés-es, les étudiants-es et les retraité-es à être solidaires du mouvement des cheminots-es, à donner pour les caisses de grèves, à participer aux prochaines mobilisations

    Premiers signataires : Ensemble Hérault, Génération.s,34, Groupe d’appui aux luttes sociales FI, Groupe Un Autre Futur (CGA), Nouvelle Donne34, Nouveau Parti Anticapitaliste34 (NPA)

     

    Rendez-vous :

    Par Groupe Un Autre Futur Luttes Sociales
  • 03 Avr

    Fac de droit de Montpellier : réouverture sous tension après l’agression du 22 mars

    Fac de droit de Montpellier : réouverture sous tension après l’agression du 22 mars

    Un seul enseignant sur la dizaine d’hommes armés et cagoulés ayant participé à la violente agression contre des étudiants à la fac de droit de Montpellier a été identifié et mis en examen en même temps que le doyen Philippe Pétel.

     

    Par Groupe Un Autre Futur Articles externes

Agenda