Anti-patriarcat

  • 8 mars – Journée internationale des femmes – #8mars15h40

    8 mars – Journée internationale des femmes – #8mars15h40

    06 Mar 2017

    #8mars15h40

    Le 8 mars, ce n’est pas la journée de LA femme, où nous offrir des fleurs ou des produits de beauté, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes. En 2017, la mobilisation est plus que jamais nécessaire face à ceux qui en France, comme aux États Unis, en Russie, en Pologne ou encore en Turquie veulent remettre en cause nos droits et libertés.

    En France, les femmes sont toujours payées 26% de moins que les hommes et arrêtent chaque jour d’être payées à 15h40. Nous refusons de continuer à travailler gratuitement, d’être enfermées dans les temps partiels, de ne pas avoir de perspective de carrière ou d’être confrontées à des violences sexistes et sexuelles.

    A la veille de l’élection présidentielle, faisons entendre les exigences des femmes qui représentent 52% de la population. Le 8 mars 15h40, toutes et tous en grève!

    Voici ci-dessous le matériel produit par les syndicats, associations, collectifs et organisations à l’initiative de cette campagne :

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2017/03/Appel-8-mars.pdf »]

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2017/03/Dossierdepresse.pdf »]

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2017/03/AFFICHES-OFFICIELLES.pdf »]

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2017/03/1-brassards-de▌Бfinitif.pdf »]

     

    Voir aussi : https://8marsengreve.com/

  • Mercredi 8 mars à 20h30 au local du CAD : Projection du film « We want sex equality » de Nigel Kole (2010)

    Mercredi 8 mars à 20h30 au local du CAD : Projection du film « We want sex equality » de Nigel Kole (2010)

    06 Mar 2017

    Dans le cycle « Colères du Temps »  –

    En juin 1968, dans l’immense usine Ford de Dagenham dans la banlieue Est de Londres, les 183 ouvrières-couturières (sur 55 000 salariés du site), travaillant à l’habillage des sièges de voitures, sont brutalement déqualifiées par la direction. Cela signifie qu’elles gagneront moins et perdront un certain nombre d’acquis ». Elles s’engagent alors dans une lutte pour retrouver leur qualification qu’elles transforment rapidement en une grève pour l’égalité des salaires entre hommes et femmes (différence de 15 % à l’époque) qui va marquer l’Histoire de la Grande Bretagne et de l’Europe.

    Après la projection du film « Fallait-pas » pour ceux et celles qui veulent discutailler autour d’un verre. On pourra aussi s’égosiller sur des chants féministes

    Par Groupe Un Autre Futur Anti-patriarcat Non classé
  • Mardi 21 février 19h30 : Projection-débat organisé par la Collective au Royal occupé

    Mardi 21 février 19h30 : Projection-débat organisé par la Collective au Royal occupé

    16 Fév 2017

    MON CORPS, DES DROITS, JE DÉCIDE.

    Pour un avortement libre et gratuit

    Le mardi 21 février à 19H30 au Royal Occupé,

    La Collective 34 vous invite à une projection du film

    « Yo decido, el tren de la libertad »,

    précédée et suivie d’une discussion

     

    Ce documentaire [2014, 42 min] collectif et engagé revient sur les grandes actions contre le projet de loi anti-avortement du gouvernement Rajoy, en Espagne et ailleurs.

    Les avancées sur les droits des femmes, obtenues par les luttes ces dernières décennies, sont régulièrement remises en cause. On observe un peu partout une attaque idéologique menée par les réactionnaires, en lien avec les politiques capitalistes des gouvernements qui tendent vers une plus grande précarisation des femmes et une remise en question de leurs droits.

    Le contrôle des naissances, par le biais des politiques natalistes mises en place par les États et appuyées par une forte influence idéologique des religions, reste un enjeu fort de perpétuation du système capitaliste et patriarcal pour bénéficier de chair à patron pour les besoins économiques et de chair à canon  pour les guerres économiques et coloniales. Ainsi, la main mise sur le corps des femmes, qui les empêche de décider par elles-même et pour elles-mêmes, les relègue dans la sphère privée et les enferme dans un rôle de reproductrice. Toute évolution émancipatrice pour les femmes risquerait de faire vaciller le système hétéropatriarcal dans ses bases les plus solides.

    Depuis plusieurs années, des réformes contre le droit à l’avortement se multiplient dans différents pays (Espagne, Pologne, Pérou, États-Unis, …). Et quand il n’est pas directement menacé, des restrictions de budgets, des fermetures de centre IVG, des clauses de conscience du corps médical, le tout accompagné de discours rétrogrades et moralistes, rendent l’accès à l’avortement de plus en plus difficile pour beaucoup de femmes (France, Italie, …).

    Loin d’être dépassées, les luttes pour l’accès à l’IVG sont toujours nécessaires dans les pays l’autorisant, sans oublier que nombre de femmes dans le monde sont toujours contraintes aux avortements clandestins ou aux maternités subies.

    L’importance et la détermination des mobilisations en Espagne (en 2014) et en Pologne (en 2016) ont permis aux femmes de conserver ce droit et montrent que seules la lutte et la solidarité peuvent empêcher des reculs sociaux et nous garantir d‘éventuelles avancées.

    Face à ce sombre tableau, il nous apparaît essentiel de reprendre, aujourd’hui, en France, une offensive idéologique pour la liberté des femmes à disposer de leur corps afin d’alerter sur la remise en cause de ce droit menacé par une prolifération des discours anti-avortement dans différentes sphères de la société et les difficultés accrues pour accéder à un avortement dans des conditions décentes.

    Pour cela, nous vous proposons de venir en discuter le mardi 21 février à 19H30 au Royal Occupé.

    La Collective 34

    L’affiche du débat est ici

    Par Groupe Un Autre Futur Anti-patriarcat
  • 17 décembre, 14h, opération Miss Rance

    17 décembre, 14h, opération Miss Rance

    05 Déc 2016

    Le tract

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2016/12/tract.pdf »]

    et l’affiche

    affiche-omr-couleur

    et en noir et blanc

    affiche-omr-nb

    Par Groupe Un Autre Futur Anti-patriarcat Luttes Sociales
  • Le 7 décembre – Apéro féministe de La Collective – Ni à vendre, ni à prendre, nous ne sommes pas des objets !

    Le 7 décembre – Apéro féministe de La Collective – Ni à vendre, ni à prendre, nous ne sommes pas des objets !

    02 Déc 2016

    La Collective 34 vous invite à un apéro féministe « Les publicités sexistes, vecteur d’oppressions. Ni à vendre, ni à prendre, nous ne sommes pas des objets !« , le mercredi 7 décembre, à 19h30, au Barricade (14 rue Aristide Ollivier).

    La publicité, instrument de l’idéologie du système capitaliste, utilise et renforce les pires clichés sexistes, racistes, homophobes, lesbobophes, transphobes et biphobes, dans le seul but de vendre. En reprenant toute l’idéologie des supposées inégalités naturelles hommes/femmes, en imposant un modèle physionomique, amoureux, sexuel et familial unique basé sur la domination masculine et l’hétérosexualité, en portant la maternité comme aboutissement suprême de la féminité, en reléguant les femmes à un travail domestique gratuit et à l’éducation des enfants, le publisexisme est un des vecteurs les plus directs du patriarcat et de l’antiféminisme et entraîne l’oppression des personnes refusant cette norme ou n’y correspondant pas.

    Nous vous invitons à venir analyser les différents stéréotypes véhiculés dans les publicités sexistes, leurs conséquences au quotidien et discuter des résistances et alternatives possibles.

    Pour lancer la réflexion, voici une analyse du publisexisme produite par une camarade membre de la collective: Le publisexisme, vecteur de toutes les oppressions

    affiche-publisexisme

    Par Groupe Un Autre Futur Anti-patriarcat
  • Opération Miss Rance : nouvelle AG le 30 novembre

    Opération Miss Rance : nouvelle AG le 30 novembre

    28 Nov 2016

    Afin de bien préparer l’Opération Miss Rance du 17 décembre, une nouvelle AG est prévue le mercredi 30 novembre à 20H à La Mauvaise Réputation.

    Appel à participation à l’Opération Miss Rance

    Le samedi 17 décembre aura lieu, à Montpellier, l’élection Miss France 2017

    Depuis 1920, chaque année a lieu, sous les yeux de millions de spectateurs-trices émerveillé-e-s, un concours de « beauté » visant à élire la « plus belle femme » en France…

    Pour cela sont mises en compétition quelques dizaines de candidates : les Miss.

    Nous ne souhaitons pas que cet événement se déroule sans que nous puissions le dénoncer. Loin d’être anodin, il est l’une des expressions les plus médiatiques de la société patriarcale dans laquelle nous vivons.

    Les Miss, ce sont les stéréotypes de LA FEMME tels que le souhaite le patriarcat : de magnifiques femmes-objets, incarnées dans des corps déshumanisés et soumis.

    Les Miss, on ne leur demande pas de penser, juste de bien faire bander.

    Les Miss, ce sont les soldates de la dictature d’une certaine norme de la beauté, qui veut donner l’exemple de la femme féminine qu’il faut désirer être et qu’il faut désirer posséder, modèle qui se répète à l’infini dans l’ensemble des médias de masse.

    Les Miss offrent des corps plastiques mesurables et identiques qui ne sont plus qu’objets à évaluer, acheter ou vendre. Marchandises parfaites créées par une société capitaliste, patriarcale, hétéronormée et raciste.

    Nous refusons cette société

    qui tente de nous imposer un modèle physionomique, amoureux, sexuel et familial unique, basé sur la domination masculine et hétérosexuelle,

    qui porte la maternité comme aboutissement suprême d‘une supposée féminité,

    qui relègue les femmes à un travail domestique gratuit et à l’éducation des enfants,

    qui rejette touTEs les personnes qui refusent cette norme et/ou qui n’y correspondent pas,

    qui méprise nos corps, nos sexualités et nos genres,

    qui tolère que l’on nous humilie, nous injure, nous agresse, nous viole, nous tue.

    Nous voulons être libres…

    de disposer de nos corps et de nos vies,

    de nous vivre sans complexes, avec nos rondeurs, nos failles, nos cicatrices, etc,

    de circuler sans être interpelléEs, humiliéEs, injuriéEs, harceléEs, agresséEs, violentéEs,

    d’aimer et de baiser sans modèle social imposé,

    de choisir d’être parentEs ou non, sans pression sociale et quels que soient nos orientations sexuelles et nos genres.

    Nous voulons un monde dépourvu de tout système d’exploitation et d’oppressions économiques, sociales, hétéropatriarcales et racistes !

    Pour cela, nous vous invitons à nous rejoindre pour organiser ensemble l’opération Miss Rance, si vous acceptez cette mission, nous vous donnons rendez-vous (en mixité) le mardi 22 novembre à 20H30 à La Mauvaise Réputation (20 rue Terral, quartier Sainte Anne)

    La Collective 34

    Par Groupe Un Autre Futur Anti-patriarcat
  • Opération Miss Rance : AG le mardi 22 novembre

    Opération Miss Rance : AG le mardi 22 novembre

    15 Nov 2016

    Appel à participation à l’Opération Miss Rance

    Rejoignez l’AG appelé par la Collective 34 (en mixité) le mardi 22 novembre à 20H30 à La Mauvaise Réputation

    (20 rue Terral, quartier Sainte Anne)

     

    Le samedi 17 décembre aura lieu, à Montpellier, l’élection Miss France 2017.

    Depuis 1920, chaque année a lieu, sous les yeux de millions de spectateurs-trices émerveillé-e-s, un concours de « beauté » visant à élire la « plus belle femme » en France…

    Pour cela sont mises en compétition quelques dizaines de candidates : les Miss.

    Nous ne souhaitons pas que cet événement se déroule sans que nous puissions le dénoncer. Loin d’être anodin, il est l’une des expressions les plus médiatiques de la société patriarcale dans laquelle nous vivons.

    Les Miss, ce sont les stéréotypes de LA FEMME tels que le souhaite le patriarcat : de magnifiques femmes-objets, incarnées dans des corps déshumanisés et soumis.

    Les Miss, on ne leur demande pas de penser, juste de bien faire bander.

    Les Miss, ce sont les soldates de la dictature d’une certaine norme de la beauté, qui veut donner l’exemple de la femme féminine qu’il faut désirer être et qu’il faut désirer posséder, modèle qui se répète à l’infini dans l’ensemble des médias de masse.

    Les Miss offrent des corps plastiques mesurables et identiques qui ne sont plus qu’objets à évaluer, acheter ou vendre. Marchandises parfaites créées par une société capitaliste, patriarcale, hétéronormée et raciste.

    Nous refusons cette société

    qui tente de nous imposer un modèle physionomique, amoureux, sexuel et familial unique, basé sur la domination masculine et hétérosexuelle,

    qui porte la maternité comme aboutissement suprême d‘une supposée féminité,

    qui relègue les femmes à un travail domestique gratuit et à l’éducation des enfants,

    qui rejette touTEs les personnes qui refusent cette norme et/ou qui n’y correspondent pas,

    qui méprise nos corps, nos sexualités et nos genres,

    qui tolère que l’on nous humilie, nous injure, nous agresse, nous viole, nous tue.

    Nous voulons être libres…

    de disposer de nos corps et de nos vies,

    de nous vivre sans complexes, avec nos rondeurs, nos failles, nos cicatrices, etc,

    de circuler sans être interpelléEs, humiliéEs, injuriéEs, harceléEs, agresséEs, violentéEs,

    d’aimer et de baiser sans modèle social imposé,

    de choisir d’être parentEs ou non, sans pression sociale et quels que soient nos orientations sexuelles et nos genres.

    Nous voulons un monde dépourvu de tout système d’exploitation et d’oppressions économiques, sociales, hétéropatriarcales et racistes !

    Pour cela, nous vous invitons à nous rejoindre pour organiser ensemble l’opération Miss Rance, si vous acceptez cette mission, nous vous donnons rendez-vous (en mixité) le mardi 22 novembre à 20H30 à La Mauvaise Réputation (20 rue Terral, quartier Sainte Anne)

    La Collective 34

    Par Groupe Un Autre Futur Anti-patriarcat Anticapitalisme Éducation
  • Vendredi 18 novembre : Apéro de La Collective en non-mixité sur les violences gynécologiques

    Vendredi 18 novembre : Apéro de La Collective en non-mixité sur les violences gynécologiques

    15 Nov 2016

    La Collective 34 vous invite à un apéro féministe sur le thème « des violences gynécologiques et obstétricales » le vendredi 18 novembre, dès 19h00, à la librairie La Mauvaise Réputation au 20 rue Terral (Quartier St Anne) : http://wp.me/p2qeY5-z9
    L’apéro aura lieu en non mixité, incluant toutes les femmes et toute personne qui a un vagin et qui a besoin de s’adresser parfois à unE gynécologue.
    Nous accueillerons pour cet atelier-débat des personnes du collectif cévenol qui a réalisé la brochure « S’ARMER JUSQU’AUX LÈVRES« . Elles viendront nous présenter l’état de leurs réflexions au travers de scénettes et échanger avec nous autour d’ outils d’auto-défense pour faire face à ces violences !

    Par Groupe Un Autre Futur Anti-patriarcat
  • Projection du film « La domination masculine » au Royal occupé

    Projection du film « La domination masculine » au Royal occupé

    15 Nov 2016

    Jeudi 17 novembre 2016 – 20h30

    Pour plus d’infos, voir la page Facebook du Royal occupé

    https://www.facebook.com/events/557684884422678/

     

    Par Groupe Un Autre Futur Anti-patriarcat
  • Pink Bloc revendicatif et festif à Montpellier :  samedi 15 octobre à 16H au Peyrou

    Pink Bloc revendicatif et festif à Montpellier : samedi 15 octobre à 16H au Peyrou

    09 Oct 2016

    PINK BLOC – FÉMINISTE, ANTIPATRIARCAL, ANTICAPITALISTE ET ANTIFASCISTE – POUR LA MARCHE DES FIERTÉS DE MONTPELLIER,

    Samedi  15 octobre à 16H !

    Parce que nous n’oublions pas les émeutes de Stonewall, en 1969, quand les dragqueens, les pédés, les gouines descendent dans la rue pour s’opposer au système américain qui exerce sur eulles sa violence, et marquent ainsi le premier mouvement de révolte d’ampleur dont les gay prides à travers le monde sont les héritières !

    Parce que revendiquer l’égalité des droits est certes nécessaire mais n’est pas suffisant !

    Parce nos luttes ne se réduisent pas à l’intégration des « minorités ». L’intégration dans un système capitaliste, patriarcal, raciste, sexiste et hétéro-normes n’est pas une forme d’émancipation !

    Parce que ce système capitaliste, patriarcal, raciste, sexiste et hétéro-normé, enferme les individus en créant des hiérarchies, basées sur des critères pour le moins discutables tels que l’esthétique, l’origine ethnique, l’état de santé, le genre, la sexualité, et se nourrie de la domination des unEs sur les autres !

    Parce que le système capitaliste et le patriarcat s’imbriquent et se renforcent mutuellement : le durcissement du système capitaliste creuse davantage les inégalités sociales et s’accompagne d’un durcissement des relais de l’oppression patriarcale réduisant toujours un peu plus notre autonomie !

    Parce que la précarisation généralisée est un terreau fertile pour la montée du racisme, du fascisme et de l’homonationalisme, et que « La Manif’ pour tous », les « Veilleurs », tous les réacs et fachos sont encore là avec leurs discours qui tentent de monter les minorités les unes contre les autres !

    Parce qu’aujourd’hui encore, l’état conduit des politiques racistes et renvoie des personnes étrangères dans leur pays d’origine malgré les menaces de mort qui pèsent sur eulles !

    Parce que, malgré l’ouverture du mariage aux couples français de même sexe, les hiérarchies de genre et de sexualité perdurent et s’accentuent, comme les violences qui y sont associées : lesbophobie, transphobie, homophobie, violences conjugales… N’oublions pas que SOS Homophobie enregistre une augmentation de 78% d’agressions homophobes déclarées : lesbiennes violentées, violées, gays agressés, trans’ assassinéEs !

    Parce que la libre disposition de nos corps n’est pas acquise : psychiatrisation des trans’, non droit au changement d’état civil sur simple demande et sans obligation de stérilisation pour les trans’, inexistence des parcours de transition libres et gratuits , recul sur l’accès à la PMA, remise en cause du droit à l’IVG, interdiction de faire un don de sang pour les pédés… !

    Parce que nous refusons la récupération mercantile et capitaliste de la marche des fiertés, comme de toutes les luttes d’émancipation !

    Parce que nous luttons pour une société égalitaire débarrassée des systèmes d’exploitations et d’oppressions !

    Et parce que seule la lutte paie !

    Afin d’être les plus visibles possibles, code couleurs à favoriser : rose et noir et limiter les apparitions de sigles politiques (pas de drapeaux). Bien au-delà de la visibilité, le choix de ces couleurs est pour ne jamais oublier, le triangle rose qui marquait les homosexuels et le triangle noir qui marquait les personnes considérées comme asociales dont les lesbiennes, dans les camps de concentration nazis. Merci de bien vouloir faire tourner l’info dans vos réseaux.
    Le tract :
    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2016/10/tract-2016.pdf »]
    L’affiche :affiche-pink-bloc-2016
    Par Groupe Un Autre Futur Anti-patriarcat
1 2 3 4 5 6

Agenda