Luttes Sociales

  • Loi travail XXL, les productions des camarades de la CGA de Lyon

    Loi travail XXL, les productions des camarades de la CGA de Lyon

    08 Sep 2017

    Vous trouverez ci-dessous deux documents : le premier est un diaporama concernant les ordonnances ; le second, le tract qui sera distribué le 12 à Lyon par les camarades de la CGA.

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2017/09/Loi-Travail-XXL-sans-logo.pdf »]

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2017/09/tract-1.pdf »]

    Par Groupe Un Autre Futur Anarchisme Luttes Sociales Monde du travail
  • Pour faire plier le gouvernement : réussir le 12 septembre et… les jours suivants !

    Pour faire plier le gouvernement : réussir le 12 septembre et… les jours suivants !

    04 Sep 2017

    Un communiqué fédéral de la CGA pour appeler à la grève et aux manifestations du 12 septembre

    A Montpellier, rendez-vous à 10h30 – Esplanade du Peyrou

    Après le simulacre estival de « concertation », les ordonnances sont tombées. Évidemment, pas de surprise : le gouvernement avait promis une modernisation du code du travail, on a effectivement la suite XXL du démantèlement de celui-ci.

    La baisse de popularité de Macron et sa clique doit urgemment se traduire par une confrontation sur le terrain social. La tâche est ardue car aux trahisons habituelles de certaines bureaucraties syndicales, vient de s’ajouter celle de FO. Par ailleurs, la France Insoumise de Mélenchon en posant ses propres dates de mobilisation, en essayant de prendre le leadership de la contestation sociale, tente de la dévier sur le stérile terrain politicien.

    La date du 12 septembre est donc capitale et doit être une réussite. Pour pouvoir donner des suites à la mobilisation, mobilisons-nous sur nos lieux de travail et de vie pour être massivement en grève et dans la rue ce jour-là. Mais nous savons aussi que les jours de grève isolés ne suffiront pas pour gagner et qu’il faut préparer une riposte sociale d’ampleur, avec des modes d’action (grèves sur la durée, blocage de l’économie) qui s’en prennent directement aux porte-monnaie des patrons.

    Pour cela, construisons l’unité à la base des syndicalistes et travailleurs et travailleuses combatif‑ive‑s. Faisons le lien entre les différents secteurs de la société laissés sur le bord de la route par l’État : chômeurs-euses, précaires, étudiant-e-s, etc.

    Pour ne pas s’enfoncer un peu plus dans le cauchemar capitaliste, fait de régressions sociales, de précarité, d’inégalités et d’état d’urgence permanent, la seule issue, c’est l’organisation sur des bases de classe et la lutte sociale !

    les Relations Extérieures de la CGA,
    le 3 septembre 2017

  • Face aux directives du gouvernement et au durcissement de la politique migratoire, amplifions la lutte !

    Face aux directives du gouvernement et au durcissement de la politique migratoire, amplifions la lutte !

    13 Août 2017

    Les 470 associations et collectifs impliqués dans le soutien aux migrant-e-s qui ont adressé un courrier le 15 juin au gouvernement demandant un changement de politique migratoire ont leur réponse : ce gouvernement n’entend pas améliorer la situation des personnes, mais vise au contraire à poursuivre la même politique que les précédents et à la durcir davantage :

    • renforcement des contrôles aux frontières, augmentation des moyens pour Frontex (agence européenne des garde-frontières et garde-côtes) et pour les « hotspots » (camps de contrôle aux frontières et à l’extérieur de l’Europe) ;
    • durcissement des procédures Dublin ;
    • accélération des expulsions…

    La chasse aux migrant-e-s

    Partout en France, la violence de l’État s’abat férocement. L’ampleur de cette répression ne permet pas de donner une liste exhaustive mais en l’espace d’une semaine, tout s’est accéléré dans la vallée de la Roya : 156 demandeurs d’asile ont été arrêtés et expulsés, et Cédric Herrou, qui les accompagnait, a été placé en garde à vue et mis sous contrôle judiciaire. Déjà poursuivi pour avoir pris des personnes migrantes en stop, il a vu dans la foulée sa peine se durcir en appel, passant d’une simple amende à 4 mois de prison avec sursis ! Si le message de l’État n’était pas assez clair, le président du tribunal s’est chargé de le préciser brutalement : « c’est une peine d’avertissement ». À Montpellier, 6 demandeurs d’asile soudanais ont été assignés à résidence puis expulsés vers l’Italie où leur sort demeure très incertain, suspendu à la menace d’un renvoi vers le Soudan.

    Des mineur‑e‑s isolé‑e‑s sont mis‑es à la rue, les migrant‑e‑s et leurs soutiens subissent quotidiennement des violences policières… Partout, les forces de l’État se déploient pour contrôler, chasser, enfermer et expulser les migrant‑e‑s.

    Le but de l’État n’est pas d’accueillir, mais bien de préserver ses intérêts économiques, son pouvoir, son autorité. Ainsi le gouvernement Macron continue d’alimenter la fabrique aux clandestin‑e‑s, sans droit ni titre, soumis‑es aux logiques mortifères des dirigeants et exploiteurs du monde entier.

    La mise à l’épreuve des solidarités

    Dénonçons les mensonges et doubles discours du gouvernement ! Ce qu’ils appellent « garantir le droit d’asile », c’est en réalité expulser à tours de bras. Leur « solidarité », c’est donner de l’argent à l’Italie et la Grèce pour la création de « hotspots » et autres prisons pour migrant-e-s, et aux pays tiers, tels la Turquie, le Maroc ou la Lybie, pour qu’ils contiennent les personnes migrantes loin de l’Europe.

    Les accords Dublin1 permettent de rendre impossible l’installation ici, en faisant croire que les personnes pourront être accueillies dans de bonnes conditions ailleurs. C’est faux ! Ainsi, l’Italie ne propose pas autre chose qu’une vie dans la rue et renvoie des migrant-e-s dans leur pays d’origine, quand bien même ces personnes ont fui pour échapper à la dictature, comme les exilé‑e‑s soudanais‑e‑s. Comble du cynisme, c’est désormais dans une Libye livrée au chaos que le gouvernement évoque d’effectuer son « tri » des réfugié-e-s, alors même qu’ielles y subissent la torture, l’emprisonnement, l’esclavage.

    Quant à l’Italie, sa réponse aux naufrages en Méditerranée est désormais de chercher à limiter l’action des bateaux de secours en mer des ONG, dans le seul but d’empêcher de nouvelles arrivées sur son territoire. Qu’importe que les gens y laissent leur peau…

    La stratégie des États, c’est aussi de casser les solidarités existantes à tous les niveaux. En coupant les vivres (baisse des APL, de l’assurance chômage, des remboursements de soins, etc.), en creusant les inégalités d’accès à la santé, à l’éducation, au logement, au travail, en criminalisant des pans entiers de la population, en entretenant les valeurs de mérite et de compétition, l’État préserve ses intérêts économiques, son pouvoir et nous précarise tou‑te‑s. Nous sommes tou‑te‑s concerné‑e‑s, alors ne nous laissons pas nous diviser !

    Devant l’État, il n’y a rien à négocier mais tout à arracher ! Seule la lutte collective paie !

    La solidarité avec les migrant‑e‑s et les luttes collectives existent bien aujourd’hui, et sont plus que nécessaires à renforcer pour inverser le rapport de force.

    Accompagner les migrant‑e‑s, faire pression sur les préfectures, être présent‑e‑s au tribunal, déposer les recours, se rassembler à l’aéroport pour éviter un renvoi, refuser d’embarquer dans un vol qui sert à expulser quelqu’un-e sont des actions à mener pour ne pas lâcher la lutte sur le terrain. C’est en menant collectivement ces mobilisations que nous aurons le plus de poids.

    Nous refusons leur logique de catégorisation des « bon‑ne‑s » migrant-e-s de celles et ceux à renvoyer. Les politiques migratoires sont un rouage du système capitaliste et de toutes les logiques de pouvoir et de profit, qui engendrent inégalités sociales, guerres, misère et exploitation à travers le monde. Les un‑e‑s les autres, nous ne subissons pas leurs conséquences avec le même degré de violence, mais pour lutter contre la précarité, le chômage, la misère, nous devons être tous et toutes solidaires face aux dirigeants et exploiteurs, ici comme ailleurs.

    Aucun être humain n’est illégal ! Libre circulation et installation de tous et toutes !

    Solidarité et luttes collectives face au capitalisme et aux États !

    Les Relations Extérieures de la CGA,
    Le 9 août 2017.

    1Les accords Dublin III signés par les états membres européens, rendent possible l’expulsion des réfugié-e-s vers le premier pays dans lequel ielles ont laissé leur empreintes en Europe. Cette procédure est largement utilisée en France.

  • En marche vers la régression sociale et la restriction de nos libertés

    En marche vers la régression sociale et la restriction de nos libertés

    14 Juil 2017

    Résistance ! Mobilisation !

    Voici le tract du collectif « Appel à Résistance 34″, dont le groupe Un Autre Futur (CGA 34) est partie prenante.
    Avec Macron, c’est : régression sociale et recul des libertés. Résistance ! Mobilisation ! Rejoignons massivement la mobilisation et la grève intersyndicale du 12 septembre 2017.

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2017/07/TRACT-A5-ordonnances-OK.pdf »]

  • LES ORDONNANCES de MACRON, MOTS A MAUX

    LES ORDONNANCES de MACRON, MOTS A MAUX

    03 Juil 2017

    Un texte de Richard Abauzit

    La lecture du projet de loi d’habilitation, enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 29 juin 2017, permet d’avoir une idée assez précise du contenu des ordonnances.
    Inventaire des ruses au fil du texte….

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2017/07/ORDONNANCES-MOTS-A-MAUX-2.pdf »]

     

    Par Groupe Un Autre Futur Luttes Sociales Monde du travail
  • Réforme du Code du travail : le hold-up est presque parfait !

    Réforme du Code du travail : le hold-up est presque parfait !

    27 Juin 2017

    A lire sur le site du nouveau média libertaire Rapports de force

    Par Groupe Un Autre Futur Luttes Sociales Monde du travail
  • Forum des résistances – Vendredi 30 juin – 18h – Esplanade

    Forum des résistances – Vendredi 30 juin – 18h – Esplanade

    26 Juin 2017

    APPEL A RÉSISTANCE 34

    appelaresistance34@gmail.com

    Face aux régressions sociales et démocratiques du gouvernement Macron

    COMPRENDRE POUR MIEUX LUTTER
    S’ORGANISER POUR PENSER UN AUTRE MONDE

    FORUM DES RÉSISTANCES

    VENDREDI 30 JUIN DÈS 18H
    Esplanade/Comédie Montpellier

    Au programme

    Des tables de presse
    d’associations, d’organisations
    syndicales, politiques…

    Des ateliers-débats

    Casse du code du travail
    Politiques migratoires
    État d’urgence (à confirmer)
    Éducation

    Suivi d’une assemblée des résistances

    Restitution des ateliers
    Les luttes en cours et à venir
    Perspectives

    Assemblée citoyenne 1ère et 8ème circonscriptions 34, CGA 34, CGT Educ’Action 34, CGT Précaires Montpellier, CNT ESS 34, Ensemble ! 34, FI, La Collective34, NPA 34, PCF 34, PG 34, SudChimie 34, SudEducation 34, SudPTT 34

    Ci-dessous, le tract d’appel :

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2017/06/tract-30-juin-V4.pdf »]

    Par Groupe Un Autre Futur Luttes Sociales
  • GUERRE SOCIALE, mode d’emploi : un texte de Richard Abauzit

    GUERRE SOCIALE, mode d’emploi : un texte de Richard Abauzit

    18 Juin 2017

    [gview file= »http://unautrefutur.org/wp-content/uploads/2017/06/ORDONNANCES-1.pdf »]

    Par Groupe Un Autre Futur Luttes Sociales Monde du travail
  • Résistance face au gouvernement Macron : un premier rendez-vous réussi qui en appelle d’autres !

    Résistance face au gouvernement Macron : un premier rendez-vous réussi qui en appelle d’autres !

    18 Juin 2017

    Ce vendredi 16 juin plus de 150 personnes se sont réunies à l’appel du collectif « Résistance face au gouvernement Macron » dont nous sommes signataires avec d’autres organisations politiques et syndicales :

    http://unautrefutur.org/vendredi-16-juin-20h-salle-guillaume-de-nogaret-pitot-debat-de-decryptage-de-la-politique-macron/

    En ces temps de « Macronite aigüe », dans une période d’entre deux tours, ce premier rendez-vous est une réussite. Il a permis de poser un contre-feu à l’enfumage médiatique et de ré-informer sur les mauvais coups qui vont nous tomber dessus pour préparer la nécessaire riposte.

    L’introduction du collectif a mis en exergue les aspects régressifs du gouvernement Macron sur le droit du travail, le sécuritaire, les politiques anti-migrants et les fausses annonces sur l’éducation.

    La volonté du collectif de faire converger les luttes s’est traduite par un temps de parole laissée à l’AG contre l’état d’urgence et les violences d’état, à BDS encore en butte à la répression et au collectif « Bienvenue Migrants 34 » qui a annoncé la manifestation régionale du 24 juin (http://unautrefutur.org/accueil-de-tou-te-s-les-refugie-e-s/) et la victoire pour l’obtention d’un tarif social TAM pour les migrant-e-s http://unautrefutur.org/le-maire-philippe-saurel-promet-le-tarif-social-tam-pour-les-migrants-de-montpellier/

    Cette volonté de convergence s’est également traduite par la présence de tables de presse de Sud éducation 34, du collectif « Bienvenue Migrants 34 », du collectif « Arrêt du Nucléaire 34 » et de BDS 34 http://unautrefutur.org/des-militant-es-de-bds-34-a-nouveau-convoquees-au-commissariat/ ; pour éviter les récupérations électoralistes et mettre l’accent sur la nécessité de se mobiliser sur le terrain des luttes sociales, le collectif avait décidé que les organisations politiques ne feraient pas de table de presse.

    L’intervention, toujours aussi pédagogique, de Richard Abauzit, centrée sur le démantèlement du code du travail, a constitué le cœur de la soirée et a permis de décrypter les différentes attaques et de comprendre la logique globale qui les sous-tend.

    Petit regret : le temps pris pour les interventions n’ a pas laissé assez d’espace pour le débat, les idées et visions sur les stratégies pour mobiliser portées notamment par des militants du front social, des syndicalistes et plus généralement les personnes présentes à cette soirée.

    Le forum de mobilisation du vendredi 30 juin sur l’Esplanade organisé par le collectif permettra sans doute de corriger ce petit défaut et constituera une prochaine étape d’information, de mobilisation et de débat.

1 2 3 4 5 6 7 12

Agenda