Communiqué UAF

  • Manifestations du 1er-Mai : étendre la grève pour gagner, c’est maintenant !

    Manifestations du 1er-Mai : étendre la grève pour gagner, c’est maintenant !

    28 Avr 2018

    Nous, anarchistes et libertaires, ferons un cortège commun lors de ce 1er Mai.
    Il est pour nous urgent d’étendre lors de ce printemps à tous les secteurs la lutte et les grèves pour mettre en échec les nouvelles attaques du capitalisme portées par le gouvernement Macron, qui nous mettent chacun et chacune en concurrence.
    Nous affirmons la nécessité pour le mouvement social de garder son autonomie vis-à-vis des politicien.ne.s pour au contraire développer un projet et des pratiques émancipatrices et autogestionnaires.
    Pour défendre cela, nous appelons à venir renforcer ce cortège rouge et noir, rendez-vous à 10 h au Peyrou ce mardi 1er Mai.

    Ce gouvernement fait feu de tout bois en s’attaquant en même temps aux travailleur-se-s avec ou sans emploi, du privé ou du public, aux futur-e-s ou aux ex-travailleur.se.s, ou encore aux immigré-e-s. Sa politique – digne de ses prédécesseurs comme des gouvernements des autres états – acquise à la classe des nanti-e-s, passe par la libéralisation et la privatisation de tout ce qui peut l’être et par la réduction systématique de nos droits et protections sociales. C’est notre classe sociale qui est attaquée de plein fouet.

    Cette même politique inclut, de fait, la tentative d’écraser toute résistance en utilisant la répression contre toute opposition. Des universités aux lycées en passant par la ZAD ou la politique migratoire, c’est à une escalade de l’autoritarisme qu’on assiste.

    Pourtant, cette politique assumée en faveur du capital produit des résistances. Les cheminot-e-s et les étudiant.e.s ont entamé un mouvement de grève et d’occupation qui veut infliger une défaite à la politique de casse sociale généralisée. Le mécontentement monte également dans d’autres secteurs : la santé, la justice, la fonction publique, l’énergie ou la gestion des déchets.

    Face à un pouvoir politico-économique qui nous impose sa loi, l’enjeu est bien aujourd’hui d’étendre la grève à de nouveaux secteurs pour la généraliser et construire un rapport de force permettant d’émerger de nos défaites passées. Dès maintenant, nous appelons celles et ceux qui se reconnaissent dans notre analyse à rejoindre la mobilisation en faisant du 1er Mai un tremplin vers un printemps plein d’espoir. Partout, dans nos lieux de vie et de travail, nous devons pousser au développement des grèves, à la massification des manifestations et au développement de la contestation. C’est maintenant qu’il faut agir.

    Enfin, le mouvement social porte aujourd’hui en son sein des embryons d’une autre façon de faire société. Nous nous reconnaissons pleinement dans les aspirations égalitaires anti-sexistes et anti-racistes, dans les formes d’auto-organisation et dans les tentatives d’expérimentations sociales qu’elles véhiculent. C’est un des chemins à prendre, qui devra croiser les aspirations venant de tous les pays, pour construire un autre avenir. A nous toutes et tous de les développer, les étendre et les généraliser pour nous donner des perspectives émancipatrices. Pour cela, le mouvement social n’a pas besoin de politicien-ne-s en embuscade avec leurs arrière-pensées électorales. Il a besoin de victoires et de fixer pour lui-même et par lui même des perspectives pour mettre fin à l’exploitation et aux inégalités sociales.

    Signataires : Alternative Libertaire Montpellier, CNT-AIT Syndicat intercorporatif de Montpellier, Coordination des Groupes Anarchistes 34, Union Départementale de la CNT 34

    Voir le rendez-vous sur notre agenda

     

    Le tract

    tract 1er mai V2
    Par Groupe Un Autre Futur Communiqué UAF Luttes Sociales
  • A Montpellier comme ailleurs, le pouvoir réprime les contestations sociales

    A Montpellier comme ailleurs, le pouvoir réprime les contestations sociales

    22 Avr 2018

    Répondons solidarité et extension des luttes !

    À la faculté de droit, après les mises en examen du doyen Pétel et du professeur Coronel de Boissezon, le pouvoir étouffe l’affaire. Les étudiant·e·s doivent travailler et passer leurs examens au milieu de leurs agresseurs, malgré les manifestations, les démarches juridiques et les nombreux témoignages mettant en avant l’implication d’autres membres du personnel de la faculté de droit. Des témoins embarrassants subissent des intimidations policières. Circulez, il n’y a plus rien à voir…

    Samedi 14 avril, la manifestation « convergence des luttes », réunissant majoritairement des étudiant-e-s mais aussi le collectif Bienvenue Migrant·e·s 34, BDS 34, et de nombreu(x)-ses travailleurs et travailleuses en lutte, syndicalistes etc. a été bloquée dès le départ par un cordon de CRS qui a usé abondamment de gaz lacrymogènes. La préfecture a d’emblée mis un énorme niveau de répression et tout fait pour rendre la manifestation tendue. A son issue, alors que près de deux cents personnes se rendaient à l’assemblée générale de la Coordination Nationale des Luttes, organisée à l’Université Paul Valéry, les manifestant-e-s ont été violemment chargé-e-s et nassé-e-s, la police a arrêté 51 personnes. 47 ont été placées en garde à vue. Deux personnes sont convoquées en justice ultérieurement. Les deux autres sont passées en comparution immédiate le 16 avril, l’une, sous contrôle judiciaire, est convoquée au TGI le 14 mai, l’autre, qui souffre de troubles psychologiques, a été condamné à 3 mois de prison ferme et a été incarcéré aussitôt : justice à la mode bienveillance sauce Macron… ? Plutôt triste réalité d’une justice de classe.

    Nous dénonçons cette criminalisation de la manifestation, les arrestations, les violences policières et nous nous déclarons solidaires des personnes blessées, poursuivies et condamnées. Nous dénonçons également le traitement médiatique de cette manifestation ; les médias se sont repus d’images des dégradations matérielles ciblées envers différentes banques et symboles du capitalisme, en occultant toute signification politique, mais ont quasiment tu et/ou légitimé les violences policières envers les personnes.

    Toujours cette semaine, le tribunal Administratif a cautionné une future intervention policière à l’université Paul Valéry pour « débloquer » la fac. Il a également laissé les mains libres à la présidence de la fac pour organiser des examens en ligne, mettant à mal anonymisation des copies et faisant fi de l’inégalité d’accès à une connexion internet. Pire ces 19 et 20 avril, la présidence pendant qu’elle présente comme imminente une intervention de la police à la fac, organise en catimini la délocalisation des examens dans les lycées Mermoz et Monnet sous haute protection policière. Symbole affligeant d’une démocratie bleue marine où les examens se passent entouré-e-s de flics… Les étudiant-e-s de la faculté de Tolbiac viennent d’être expulsé-e-s par la police.

    Le pouvoir est bien droit dans ses bottes contre les salarié-e-s en lutte, les étudiant-e-s, les ZADistes, les migrant-e-s et tous ceux et celles qui refusent de se conformer à leur société d’inégalités, de précarité, du chacun pour soi. Soyons toutes et tous solidaires face à la répression et dans les semaines à venir étendons les luttes, contre Macron et son monde.

    Groupe Un Autre Futur de la Coordination des Groupes Anarchistes, le 20 avril 2018.

    Par Groupe Un Autre Futur Communiqué UAF Luttes Sociales Répression
  • Pour gagner, étendons les grèves et massifions les manifestations

    Pour gagner, étendons les grèves et massifions les manifestations

    21 Avr 2018

    Reprenons l’offensive pour un changement radical de société

    Destruction du code du travail, privatisation de la SNCF, sélection à l’université, tri, enfermement et expulsion des exilé-e-s, demain le contrôle accru des chômeurs et chômeuses, puis la sécu, les retraites. Au pouvoir depuis un an, Macron déroule son programme libéral et autoritaire, détruit méthodiquement ce que les luttes sociales avaient mis des années à arracher, sans même un faux-semblant de débat ou de négociation, à coups de matraque, de lacrymo et d’arrestations quand le corps social rechigne à se laisser dépecer. Machine de guerre du capitalisme, l’État mène une offensive globale contre tout ce qui permet encore un peu de stabilité dans nos vies, un peu de solidarité, de redistribution.

    Rejoindre la bataille maintenant

    En face, des résistances existent, comme celles des cheminot-e-s et celles des étudiant-e-s. Leurs batailles sont les nôtres. La fin du statut des cheminot-e-s aujourd’hui, c’est la fin de celui des fonctionnaires demain. La privatisation du rail, ce sont des conditions de travail et de service dégradées, des lignes sacrifiées, avec comme seul critère la rentabilité pour l’actionnaire.

    La sélection à l’université, c’est d’abord le renforcement de la sélection par l’argent. Le libre choix des études pour celles et ceux qui ont les moyens d’accéder au savoir. Les boulots d’exécutant pour tout-e-s les autres.

    Des batailles qui se mènent, il y en a d’autres, dans les hôpitaux et les Ehpad, la justice, à Carrefour, Air France, etc.
    Ces batailles, les secteurs aujourd’hui en lutte ne les gagneront pas seuls. La grève ne se décrète pas, mais si elle ne s’étend pas, si notre camp social ne reprend pas l’offensive, dans quelques mois il ne restera que des ruines. Des pans entiers de la société sont en passe de basculer dans une précarité généralisée. Par l’urgence et par la force, l’État Macron tente d’imposer son projet de société, global et cohérent. En face, il nous faut converger pour en imposer un autre.

    Partout, dans nos boîtes, nos administrations, nos lieux de vie, en discutant avec nos collègues, entre précaires, il nous faut rouvrir le chemin de la lutte, de la grève, de l’émancipation collective. Ne pas déléguer le combat à une avant-garde ouvrière condamnée à se battre seule pour toutes et tous. Ne pas s’en remettre aux mirages de tribuns qui viendraient, un jour peut-être, par la magie d’un scrutin, rebâtir tout ce qui aura été détruit. Le passé, de Mitterrand à Hollande en passant par Tsipras en Grèce, montre clairement que la délégation du changement social à une classe politique conquérant le pouvoir d’État n’est pas la voie de la transformation égalitaire de la société.

    Pour une autre société, débarrassée de l’État, du pouvoir et du capitalisme

    C’est dans la lutte qu’on se retrouve, qu’on invente, qu’on crée de nouvelles conditions de travail et de vie, solidaires, autogérées.
    C’est dans la lutte, la grève, que, dans sa boîte, on reprend la main sur son outil de travail, débarrassé de la tyrannie du patron. Jusqu’à réinventer son organisation, comme l’ont fait les camarades de Scop-ti et d’ailleurs.
    C’est dans la lutte, le blocage, que les étudiant-e-s de Paul Valéry ont jeté, avec leurs AG ouvertes et leurs cours substitutifs, les premières bases d’une université autogérée et émancipatrice, ouverte à toutes et tous.
    C’est dans la lutte, l’occupation, que les militant-e-s de la ZAD de Notre Dame des Landes construisent sur un territoire un autre rapport à la terre et à la vie en société.

    Nous savons ce que nous voulons bien mieux que tous les hommes providentiels. Nous savons dans quelles conditions nous voulons vivre et vieillir, travailler, apprendre, jouir.

    Si nous nous mettons en lutte, si nous travaillons à nous fédérer, nous pouvons bâtir une autre société. Une société dans laquelle la solidarité serait logique et la concurrence absurde, dans laquelle l’école rendrait plus intelligent-e et plus libre, dans laquelle travailler serait intéressant et utile, dans laquelle l’arrivée d’un-e étranger-ère serait une bonne nouvelle. Une société dans laquelle les soignant-e-s et malades ne seraient pas maltraité-e-s, les travailleur-ses autogéreraient leur entreprise et les usager-ères leurs services, dans laquelle on serait pas défini par la couleur de sa peau, son genre ou sa sexualité, dans laquelle la planète ne serait ni une poubelle ni un magot dont tirer profit. Une société dans laquelle quelques-uns ne se goinfreraient pas sur le dos de tou-te-s les autres, un chef n’aurait pas raison pour tou-te-s les autres.

    Nous n’avons pas besoin de l’État, du capitalisme, ni du pouvoir quel qu’il soit. Ce sont eux qui ont besoin de nous pour continuer à prospérer sur notre dos.

    Nous vous appelons à rejoindre les manifestations du 3 mai
    à l’appel des cheminot-e-s et des étudiant-e-s

    Stoppons Macron et commençons autre chose.

    Groupe Un Autre Futur de la Coordination des Groupes Anarchistes

Agenda