Articles

22 mars 2018

Réussir le 22 mars… pour faire front contre le gouvernement

Même pas un an au pouvoir et le gouvernement Macron a déjà déclaré la guerre aux travailleuses-eurs et aux pauvres.

Baisse des APL, baisse des retraites, le plus grand plan social de l’histoire avec la disparition des contrats aidés, baisse des salaires (jour de carence…)la loi travail par ordonnances, la loi Asile-Immigration… Alors qu’ils prétendaient faire de la politique autrement, les députés et ministres « En Marche ! » ne font qu’accélérer la casse des acquis sociaux.

 

C’est aux services publics de l’éducation et du rail que s’attaquent aujourd’hui les nouveaux rois du pays. Réforme du bac, introduction de la sélection à l’entrée de l’université, destruction du peu qui reste du statut qui protégeait les travailleurs et travailleuses du rail, plus de 100 000 suppressions de postes dans la fonction publique…

« Quand on veut tuer son chien,
on dit qu’il a la rage ! »

Mieux, l’État organise depuis des décennies la destruction des services publics pour pouvoir ensuite brader les murs aux plus offrants pour des sommes dérisoires. C’est ce qu’il a fait avec les autoroutes, avec les industries automobiles, avec les chaînes de télévision, avec France Télécom, avec EdF-GdF, avec la Poste…

Alors que l’intersyndicale dans le rail a annoncé sa volonté de résister et que les cheminot-e-s affutent leurs armes pour un conflit qui s’annonce long et dur, en face l’État et les médias aux ordres cherchent déjà à monter les travailleurs-euses les un-es contre les autres, en nous revendant la vieille soupe de la division et du SNCF-bashing. Comme Tatcher avec les mineurs dans les années 80 en Angleterre, Macron essaie d’écraser ce bastion de résistance ouvriere qu’est le rail. Si les camarades cheminot-e-s perdent ce combat, c’est l’ensemble du monde ouvrier qui est menacé ensuite ! Il est donc indispensable que l’ensemble de la classe ouvrière fasse front derrière les grévistes de la SNCF et renforcent, par tous les moyens possibles, le camp des travailleuses et des travailleurs dans le bras de fer qui arrive.

Pour un vrai service public de qualité

En tant qu’anarchistes, nous allons même au-delà de la simple nécessité de défendre les services publics menacés ou déjà détruits. Nous pensons qu’il faut élargir autant que possible les domaines où la satisfaction des besoins de la population prime sur la recherche du profit maximum pour les élites capitalistes. Pour cela, il est indispensable d’avoir un contrôle ouvrier sur les entreprises, qu’il s’agisse du rail, des télécommunications, de l’industrie de biens et services de base etc.

Un vrai service public de qualité, ce n’est pas juste une entreprise de plus dans les mains de l’État français, c’est un service dont les missions sont définies par l’ensemble de la population et où la mise en œuvre est confiée à l’ensemble des travailleuses et travailleurs du secteur.

C’est seulement lorsque l’ensemble de l’économie fonctionnera sur un tel modèle, lorsque les moyens de production seront aux mains des travailleuses et des travailleurs et sous le contrôle de toutes et tous, que nous pourrons envisager de pouvoir efficacement satisfaire les besoins de tou-te-s et d’accéder enfin à l’égalité économique et sociale, condition indispensable au libre épanouissement individuel et collectif.

C’est ce projet de société que nous défendons et que nous appelons communisme libertaire.

 

 

Les Relations Extérieures de la Coordination des Groupes Anarchistes
le 21 mars 2018

 

Par Groupe Un Autre Futur Communiqués Luttes Sociales Partager :

Agenda